Tribune de Fiston Mboyo

Dans des grands salons politiques et Diplomatiques même religieux le temps est aux grandes tractations pour les échéances électorales de 2023. L’élection du président de la République étant celle de tous les enjeux et celle qui attire toutes les attentions de la communauté internationale et nationale, les grandes manœuvres ont commencé dans des états majors des partis politiques.

Les religieux s’en mêlent aussi, à part la CENCO et l’ECC qui mènent des échanges avec les parties prenantes au processus électoral notamment les partis politiques pour l’harmonisation des vues sur la loi électorale envie de poser les bases d’un processus crédible, transparent et apaisé, Monseigneur Fulgence Muteba Mugalu, Archevêque métropolitain de Lubumbashi joue cartes sur table, à la différence de la CENCO et l’ECC, FULGENCE MUTEBA veut réconcilier les alliés d’hier devenus adversaires aujourd’hui.

Le grand katanga veut récupérer le pouvoir

Après près de 23 ans que le Katanga a géré le pays d’abord par Mzee Laurent Désiré KABILA du 17 Mai 1997 à 2001 et son fils Joseph Kabila Kabange de 2001 jusqu’au 24 janvier 2019.
Après que son dauphin ait perdu l’élection présidentielle de 2018, Joseph Kabila était obligé de passer le flambeau à son successeur qui n’était ni de son propre parti(PPRD), ni de sa même zone linguistique.

Cette perte de commande de la République avait sûrement provoquée de remords et grincement des dents dans le fief de beaucoup de leaders katangais qui voulaient à tout prix conserver le pouvoir. N’étant pas sûr que l’ex président Joseph Kabila Kabange va postuler en 2023, vu le débat sur l’interprétation de la constitution sur la question, le laboratoire politique d’Ensemble pour la République passe par l’un des soutiens du président de leur parti politique en la personne de Monseigneur Fulgence MUTEBA qui, au nom des fils et filles du Grand Katanga veut mettre cette partie du pays en ordre de bataille par un forum sur la réconciliation des leaders Katangais. Selon ce Pasteur Catholique, ces assises iront du 17 au 19 mai prochain dont l’objectif bien que voilé est de mettre en avant plan la personne de Moïse Katumbi pour maximiser les chances de leur côté.

En ayant déjà ce dernier comme candidat de taille à présenter au moment opportun à l’élection présidentielle de 2023 pour le compte du grand katanga et penser à nouer des alliances au moment venu avec les leaders des autres provinces, cela mettrait Moïse katumbi en position de force. Fulgence Muteba qualifié de proche de Moïse Katumbi par certains politiciens, est à la manœuvre de convaincre l’ex président Joseph Kabila Kabange à soutenir la candidature du président du tout puissant MAZEMBE afin que le Katanga récupére le pouvoir en 2023.

Tshisekedi tient au contrôle de cet espace pour 2023

Connaissant le comportement des politiques congolais qui peuvent se mettre d’accord le matin et se brouiller le soir, il est difficile de prédire la réussite ou l’échec de ses assises. La réalité est qu’à travers ce rapprochement Katumbi-Kabila, le pouvoir de Kinshasa y voit une intention secrète de Fulgence Muteba et de certains leaders de l’espace grand Katanga d’avoir d’abord le plein pouvoir et contrôle total de leur espace sans partage avec un autre leader d’un autre espace, il est sans aucun doute qu’une fois ces assises sanctionnées par une réussite, Moïse Katumbi ferait un Challenger de Félix TSHISEKEDI.


Ayant aussi des prétendus « fidèles » ressortissants de l’espace grand katanga comme le Gouverneur du haut katanga Jacques Kyabula Katwe, Dany Banza, Fifi Masuka et bien d’autres, reste à savoir si le président Felix Tshisekedi, réputé fin politicien dans ses stratégies de batailles politiques, notamment pour avoir déboulonné et neutralisé le FCC de Joseph Kabila sans crash pendant que beaucoup d’observateurs voyaient déjà une grande crise politique s’installer au pays, saura jouer sa partition dans cette fameuse réconciliation? Car sans aucun doute Celui-ci ne voudra pas lâcher le Grand Katanga et espère en avoir la mainmise en vue des élections de 2023.
L’avenir nous en dire plus.