ūüö®RDC : le directeur g√©n√©ral de CAMI, Jean F√©lix Mupande , impliqu√© activement dans l’exploitation illicite des minerais √† l’Est du pays en complicit√© avec les Chinois (Enqu√™te).

Les fautes r√©v√©lations ne font qu’augmenter sur le dos de l’actuel directeur g√©n√©ral du cadastre minier. Apr√®s avoir d√©tourn√© il y a quelques mois 100 millions de dollars am√©ricains de fonds miniers, nos investigations et enqu√™tes de terrain mettent d√©montrent que Jean F√©lix Mupande est parmi les soutiens d√©tails des sujets Chinois qui exploitent illicitement les minerais congolais √† l’Est de la RDC plus particuli√®rement dans les Territoires de Mwenga et Shabunda.

Vous en voulez pour preuve, plusieurs membres de la Société Civiles du Sud-Kivu ont dans un document parvenu à votre rédaction dénoncé l’anarchie observée dans la gouvernance minière au Sud-Kivu en général et plus particulièrement dans les Territoires de Mwenga et Shabunda.

Le document fait √©tat de l‚Äôinstallation illicite de l‚ÄôEntreprise chinoise “Congo Bluant Mineral” en complicit√© avec Jean F√©lix Mupande, DG de CAMI, dans la localit√© de la Chefferie de Wamuzimu en Territoire de Mwenga qui exerce depuis pr√®s d‚Äôune ann√©e les activit√©s d’exploitation mini√®re √† petite √©chelle par drague sur la rivi√®re Elila √† Kitumba.

Selon nos enquêtes, illégalement établi cette société serait sécurisée par 12 éléments FARDC du 3306ième régiment basé à Kamituga payés mensuellement par Mupande et ce, en violation des règles et procédures qui régissent le secteur de mines en RDC.

La note révèle également que l’Entreprise ne dispose d’aucun document officiel (Titre minier, Permis de Recherche ou d’Exploitation) lui permettant d’exploiter les ressources minières en province du Sud-Kivu.

En Outre, Cette exploitation minière par drague sur la Rivière ELILA ne respecte pas les prescrits de la Législation minière en vigueur en RDC quant à ce qui concerne la procédure d’obtention du droit minier, la conduite de l’Etude d’Impact Environnemental et Social, la Consultation des membres des communautés sur l’exploitation minière (Cahier des charges), entrainant ainsi une déforestation et destruction du couvert végétal sans précédent.

Eu égard à ce qui précède , plusieurs analystes disent comprendre le sens de la démarche menée par Jean Félix Mupande de soudoyer les mouvements citoyens, médias affamés pour obtenir un traitement de faveur afin de barrer la route à la remise et reprise au CAMI car conscient de plusieurs cadavres qui seront retrouvés dans son placard.

Plusieurs ONG locales et nationales intervenants dans le secteur des ressources naturelles et hydrocarbures au Sud-Kivu, dénoncent cette exploitation illicite, et formulent quelques recommandations aux différentes parties prenantes notamment, les enquêtes bien élaborées pour dénicher le vrai soutien de Jean Félix Mupande et ces Chinois, la destitution et remise et reprise au CAMI pour engager des poursuites judiciaires contre Mupande qui visiblement a trahi la RDC au profit des intérêts étrangèrs.

Sans toute ces mesures d’ici la fin de la semaine , ces diff√©rentes ONG locales et nationales, 30 au total, comptent manifester pour exiger au gouvernement d’appliquer leurs exigences.

Jean Chrisostome Mbiya

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *