Par Espoir Botumba

La ministre Adèle Kanyinda ayant en charge le portefeuille congolais a obtenu ce vendredi 4 mars au pendant le conseil des ministres l’aval du gouvernement sama lukonde sur le projet d’un contrat d’affermage, en , avec un opérateur privé pour l’exploitation et la maintenance du réseau de fibre optique de l’axe Kinshasa – Moanda.

Une situation qui n’a pas laissé indifférent plusieurs personnes de bonne fois qui veulent voir le pays de Tshisekedi faire marche en avant.

Comme Me Bazin Mpembe le coordonnateur de la dynamique le changement c’est maintenant, qui félicite la ministre de portefeuille, pour sa détermination et son sens élevé et sa compréhension directe des besoins de Congolais.

Bazin Mpembe, profite de l’occasion pour demander à tous les ministres du gouvernement Sama Lukonde d’emboîter les pas d’Adèle Kanyinda qui ne cesse de multiplier les efforts pour aider Félix Tshisekedi à réussir dans son secteur.

S’agissant de l’intervention de la ministre Adèle Kanyinda sur la défense de ce projet, la patronne du portefeuille feuille Congolais à démontrer les avantages que ce projet apportera à la RDC.

« La ministre d’État, ministre du Portefeuille, a rappelé que la signature de ce contrat de partenariat public-privé permettra au gouvernement congolais non seulement de concrétiser son engagement mais aussi à la Banque mondiale de structurer des financements complémentaires envisagés pour le secteur des postes, télécommunications et nouvelles technologies de l’information et de la communication (PT-NTIC)« .

Long de 620 Km et construit dans le cadre du projet Central African Backbone phase (CAB5), le réseau de fibre optique de la SOCOF sur l’axe Kinshasa – Moanda a été rendu opérationnel au mois d’août 2021. Son déploiement vise notamment la modernisation des entreprises du Portefeuille de l’État en vue de les rendre compétitives.

Selon plusieurs experts, c’est affaire reste un pari gagné pour la ministre de portefeuille et gouvernement congolais car des tels projets amèneront des recettes à l’État Congolais.