Par Opulenceinfo

En séjour en Guinée Équatoriale, le ministre des Hydrocarbures, Didier Budimbu, a eu de fructueux échanges avec son homologue équatoguinéen, Gabriel Obiang sur le développement du secteur pétrolier pour l’intérêt des deux États mais aussi pour les pays d’Afrique centrale.

Lundi 25 avril 2022, le ministre Gabriel Obiang a fait visiter à la délégation congolaise les installations du ministère des Mines et des Hydrocarbures, du Gaz naturel comprimé (GNV) et aussi celles de Punta Europa.

Le lendemain, Didier Budimbu et sa suite ont également pu s’imprégner des réalités de ce pays ami dans le secteur des hydrocarbures, toutes les performances réalisées dans ce domaine et les expériences accumulées par ce pays devenu une référence en matière dans l’exploitation du gaz et du brut.

Ils ont apprécié, à juste titre, non seulement les infrastructures de l’usine de traitement mais aussi le capital humain équatoguinéen qui y œuvre.

Dans la foulée, le ministre Budimbu a visité également les installations de la Société nationale guinéenne du gaz (Socas) et la société nationale du pétrole (Gepetrol).

Au cours d’un entretien, les deux ministres ont mis l’accent sur les objectifs et la portée de l’agenda à développer entre leurs pays respectifs et qui inclut les questions de coopération dans ce domaine.

La démarche pour les deux ministres est de créer un réseau des pays producteurs de pétrole de l’Afrique centrale pour ne plus demeurer dépendants de l’Europe ou de l’Asie.

Gabriel Obiang et Didier Budimbu ont insisté sur le fait que leur objectif de faire bénéficier, au-delà de leurs pays respectifs, toute la sous-région de l’Afrique centrale continent africain des retombées positives qui en découleront.

Le schéma consisterait à trouver des voies d’intégrer dans ce modèle des pays comme la Centrafrique, le Cameroun, le Gabon, le Congo Brazzaville, la RDC et l’Angola. Car, ils pensent qu’il est plus que nécessaire de créer leur propre réseau.

Pour des raisons évidentes : ne plus continuellement dépendre de l’Occident.

Avec à la clé, la mise en place de leur propre marché, d’autant que, affirment-ils, les Africains sont bien capables d’exploiter leurs propres ressources pour le bien des populations africaines.

Dans leurs échanges, ils ont pensé également aux deux enjeux majeurs : l’électricité pour la population et au bénéfice de leurs industries. ils ont estimé être confiants qu’avec ce type de collaboration Les générations futures en seront les plus bénéficiaires.

Le ministre Gabriel Obiang se dit aussi extrêmement reconnaissant envers son frère congolais pour sa venue en Guinée Équatoriale venant manifester tout l’intérêt d’apprendre de la Guinée Équatoriale. Réaffirmant l’ouverture qu’offre son pays à coopérer s’est dit prêt à venir aussi en RDC discuter sur les différentes manières qui pourront être profitables pour les deux parties.

Le ministre Didier Budimbu l’a officiellement invité à Kinshasa en juillet pour un événement qui va marquer le coup d’envoi du pétrole et gaz en RDC à travers les appels d’offres des blocs pétroliers et gaziers congolais. Une invitation qu’il a naturellement acceptée afin de soutenir la RDC dans cette démarche.

« Il m’a aussi invité à une conférence en septembre, cette fois-ci à Goma, dans une région clé qui profitera grandement au développement du pays. Encore une fois j’ai accepté volontiers de participer à cette rencontre. Sans aucun doute, je serai deux fois au Congo RDC, en juillet et en septembre. Et je serai plus que ravi de partager mon expérience personnelle ainsi que celle de la Guinée Équatoriale avec la République démocratique du Congo », a confié Gabriel Obiang.

Et lui d’ajouter : »Je suis content de ce que le ministre m’a expliqué de faire de la RDC la nouvelle vitrine du pétrole et du gaz. Et je suis enchanté de pouvoir jouer un rôle dans ce développement ».