Tiré de CAS-INFO

Dans un message parvenu à CAS-INFO ce lundi 28 février 2022, le service de communication du ministre de pêche et élevage, est monté au créneau pour fustiger les attaques teintées d’un objectif de nuire dont est victime Adrien Bokele.

Dans ce message, le service de Bokele Djema indique que toute personne bien sensée ou journaliste professionnel qui suit de près l’évolution de la construction du centre d’alevinage à Tshikapa dans la province du Kasaï, aura constaté que le ministre Adrien Bokele n’est impliqué ni de loin ni de près dans le détournement « imaginaire et non prouvé« .
Le service de Bokele fait savoir que les travaux prévus sont presque finis et bientôt les infrastructures seront remises aux bénéficiaires.

« Il y a un centre d’alevinage qui est en construction à quelques quatre kilomètres de Tshikapa. 8 étangs ont été déjà construits, actuellement le bureau en construction est à 80% terminé. C’est le mois prochain que ceci sera remis aux bénéficiaires. Nous ne voyons pas à quel moment et quelle étape des opérations il y a eu détournement, car tout est fait comme prévu« , indique l’entourage du ministre de pêche et élevage.

Toujours selon la même source, « l’étape qui reste à exécuter est celle liée à l’achat des alevins pour les étangs construits. Une fois que le travail aura complètement pris fin, plus ou moins 200.000 alevins et plusieurs tonnes d’aliments seront achetés et donnés à qui de droit« .

Toutefois, elle insiste sur le fait que le ministre Bokele ne peut pas donner des solutions à tous les problèmes liés à cette pollution d’autant plus qu’il n’est pas « un membre du gouvernement multisectoriel« .

« Adrien Bokele se limite dans le secteur de pêche et élevage. Pour ce qui est par exemple, de l’assistance sociale, de la pollution de l’environnement, de la pollution des eaux, il ne saura marché dans les prérogatives de ses collègues. Mais aussi , des plaidoyers sont en cours pour que le gouvernement décaisse le fonds afin de concrétiser toutes les promesses faites à la population du Kasaï« , a-t-elle ajouté.

Dans ce document, le service du ministre menace de traduire devant le tribunal des paires (UNPC) au besoin devant la justice du pays, tout journaliste ou personne qui s’hasarderait à alléguer des choses sans soubassement.

« Nous connaissons que des politiciens en mal de positionnement sont derrière ces articles de presse. Ils sont bien identifiés et connus. Qu’ils arrêtent de s’evertuer à manipuler la presse pour de fin politicienne car notre réponse sera à la hauteur de leur souhait. De leur côté, que les journalistes arrêtent aussi d’accepter de se faire manipuler à cause de petite somme, sinon ils finiront devant la justice du pays où leur tribunal des paires« , a conclu le service de Bokele.